logo
Le Book 2018 de l’Atelier Hervé Audibert est disponible!
Actualités -

Le Book 2018 de l’Atelier Hervé Audibert est disponible!

Pour ne pas vous laisser sur votre faim avant le départ en vacances de l’atelier Hervé Audibert, nous avons tenu à vous donner un peu de lecture en actualisant notre Book. Au fil des pages de cet ouvrage remis en forme par notre collaboratrice Aurore Assimon, vous trouverez nos projets les plus représentatifs. Ceux qui assoient véritablement la réputation de notre équipe de conception lumières : le musée national d'Estonie, le théâtre de Sénart ou la réhabilitation et l’extension du centre commercial Cap 3000 à Nice dans le domaine architectural mais aussi théâtral : huit heures ne font pas un jour de Fassbinder mis en scène par Evelyne Didi.

Nous espérons que notre nouveau book 2018 vous donnera envie de nous contacter au plus vite pour réfléchir ensemble à de futures collaborations.

 

Bel été,

l'Atelier Hervé Audibert

Nous sommes dans le XIe arrondissement!
Actualités -

Nous sommes dans le XIe arrondissement!

Lumières sur notre déménagement! Après une dizaine d'années d'activité à Joinville-le-pont, l'Atelier Hervé Audibert a migré à Paris pour venir partager les locaux  de Integral Ruedi Baur (IRB) situés dans le XIe arrondissement. A deux pas du métro Charonne,  l'atelier Hervé Audibert est désormais plus accessible alors n'hésitez pas à venir nous rendre visite.

 

Nous trouver?

5 rue Jules Vallès, 75011, Paris.


Nous contacter?
Du lundi au vendredi de 9h30 à 18h au 01 43 67 33 77.

 

Inauguration du Musée de Lodève
Actualités - Juillet 2018

Inauguration du Musée de Lodève

Mis en lumière par l’Atelier Hervé Audibert et imaginé par l’agence Projectiles, le Musée de Lodève ouvre à nouveau ses portes, le 7 juillet 2018.
 
Nouvelles ambiances
 
Cette nouvelle version du Musée de Lodève met un point d'honneur à faire coexister plusieurs époques et atmosphères. En poussant ses portes, le visiteur y découvre un espace minéral et moderne, divisé sur plusieurs niveaux aux thématiques bien différentes. 
 
La première partie du  rez-de-chaussée est dédiée au travail de Paul Dardé, un sculpteur local. Dans cet espace très lumineux, jouissant de lumière naturelle, sont exposées les faunes de l’artiste. Dans la seconde partie du rez-de-chaussée, les promeneurs pénètrent dans des pièces noires contrastant complètement avec la partie précédente. Ils sont ici invités à effectuer un parcours plus immersif au milieu de pièces d’archéologie.
 
"Faune fais-moi peur"
Au fil des étages, les ambiances continuent d'évoluer. Le premier, résonne avec le travail de Paul Dardé. Il propose en effet une exposition temporaire composée de pièces variées autour des faunes mythologiques. Intitulée « faune fais moi peur », cette exposition est l'occasion se pencher sur ces curieux personnage, leur origine et leur vie antique. 
 
Au niveau supérieur du musée de Lodève, Projectiles et l’Atelier Hervé Audibert ont cette fois-ci imaginé une ambiance autour de la science de la vie et de la terre.  Dans plusieurs salles de couleurs différentes, les visiteurs peuvent ainsi parfaire leurs connaissances de la nature grâce à des fresques ou des éléments archéologiques savamment scénographiés et éclairés. Sans oublier la pièce maîtresse de cette collection: une série d'empreintes de dinosaure fossilisées découvertes dans la région.
 
Données techniques : 

Maîtrise d’œuvre : Projectiles architectes mandataires et scénographes,

Polygraphic signalétique et graphisme

Maîtrise d’ouvrage : Communauté de Communes du Lodevois et du Larzac

Lieu : Lodève (34), France

Surface : 3000 m²

Avancement : livraison le 6 juillet 2018

 
Designer-lumière concepteur-lumière plasticien-lumière atelier-H-Audibert
Design-lumière conception-lumière
Centre franco-britannique de Ouistreham
Actualités - 20018

Centre franco-britannique de Ouistreham

A l’issu d’un concours, l’atelier Philéas, l’atelier H. Audibert et Casson Mann ont été retenus parmi 133 dossiers pour réaliser ce centre franco-britannique à Ouistreham. Prévu pour être inauguré en 2019, le projet est pour l’heure suspendu.

Vue sur plage. Cet équipement culturel et touristique de 3100 m2 prévoit de s’intégrer en totale harmonie à la dune. Il s'élève dans le sable, offre une promenade sur sa toiture. Il forme une arche, entre la ville et l'océan, un pont sur les relations franco-britanniques.

A l’intérieur, l'atelier Philéas dote l’espace d’un hall, de deux salles d'exposition (une pour la collection permanente, l'autre pour les collections temporaires), d'une boutique et d’un auditorium, avec un langage inspiré des bunkers. La scénographie de Casson Mann est basée sur la création d'un paysage terrestre ou marin en 3D évoluant à travers l’histoire. En immersion, les visiteurs rencontrent des personnages, vivent des événements historiques. 

La lumière vient souligner volumes, contenus et contenants, délicatement et de façon dissociée en fonction des échelles. 

 

 

Siège Jean-Paul Gaultier Paris
Actualités - 2004

Siège Jean-Paul Gaultier Paris

Jean-Paul Gaultier choisit ce palais de style Beaux-arts, du 3e arrondissement de Paris, pour installer son siège. Construit en 1912, le bâtiment possède des détails modernes pour l’époque, comme des voûtes sans pilier et d’élégants ornements, dont les vitraux inspirés de l’école de Nancy.

Avant d’y organiser ses premiers défilés, le couturier confie la réhabilitation des lieux au duo d’architectes Moatti & Rivière. La demande, profiter au mieux des volumes, atteindre une esthétique de l’excès, finement équilibrée entre mesure et démesure. Les architectes se sont ainsi inspirés de l’univers du styliste et sont allés puiser dans l’histoire de l’immeuble – un temps appelé « l’Avenir du prolétariat » - pour imaginer des espaces propices aux rêves.

L’atelier H. Audibert signe la mise en lumière intérieure. Ses dispositifs d’éclairage soulignent le travail des architectes, dans les salons de défilé, d’essayage, la salle de presse, l’atelier… Ils viennent valoriser la sobriété de la palette chromatique ivoire et noir. Ils font le jeu des sols laqués en résine où seules les couleurs des robes se reflètent. Elégants jusque dans les détails, l’atelier H. Audibert a créé spécialement des lustres à pampilles composées de gouttes de cristal maintenues entre des plaques de verres.