Archives pour l'étiquette lumières

Bilan d’une année parisienne

Il y a un peu plus d’un an, l’atelier Hervé Audibert posait ses projecteurs au 5 rue Jules Vallès dans le 11e arrondissement de Paris. Plus facile d’accès que nos anciens bureaux joinvillais, cette nouvelle adresse a permis à notre équipe de bénéficier d’un nouvel élan.

Dès le mois de septembre, l’atelier était investi dans le projet de la construction du musée d’Histoire Maritime de Saint-Malo avec l’agence d’architecture Kengo Kuma et l’atelier Projectiles en muséographie.

En parallèle de cette victoire nous avons plus récemment été désignés lauréat, avec François Schuitten, Thierry Huau pour Interscene et Pierre Matter pour concevoir fabriquer et installer une œuvre artistique en lien avec l’imaginaire de Jules Verne sur la Place Alphonse Fiquet, à Amiens. Mais ce n’est pas tout. Sollicités par l’agence PCA-Stream, nous participons aussi au projet « réenchanter les Champs Elysées ». Enfin, l’agence Patriarche a également fait appel à nos compétences pour la rénovation et la mise en lumières de tours à Bobigny. De beaux projets qui ont nécessité de grossir les rangs pour faire face à une cadence de travail plus soutenue. L’atelier a donc dû recruter. Olivia Burling a rejoint l’équipe le 13 mars.

Crédit: ©PCA-STREAM 

Musée d’Histoire Maritime de Saint-Malo

Zoom sur un nouveau projet ! En partenariat avec l’agence Projectiles, l’Atelier Hervé Audibert vient de remporter la conception muséographique et scénographique pour la construction du Musée d’Histoire Maritime de Saint-Malo.  Un projet qui s’orchestrera sur plusieurs mois. Dans un premier temps, les équipes du cabinet d’architecture de Kengo Kuma travailleront à la réalisation de l’élégant écrin. Projectiles et l’Atelier Hervé Audibert prendront ensuite le relais pour inviter le visiteur au voyage avec une scénographie poétique.

Invitation au voyage

Pour accentuer la poésie du lieu, la mise en lumière envisagée pour Le Musée d’Histoire Maritime de Saint-Malo, s’inspire des ambiances marines, du monde du silence et de la ville. Elle fait écho aux atmosphères de pleine mer et emprunte des couleurs similaires. Elle rappelle aussi celles visibles à terre, depuis les quais ou le sillon, le regard plongé dans l’horizon. Les dispositifs sont composés de toutes ces tonalités, dont certaines évoluent au fil des journées et des saisons.

Tout comme la scénographie, les lumières alternèrent entre espaces immersifs et espaces de respiration, travaillés à la façon d’un musée contemporain, afin de rythmer le parcours du visiteur. Plus encore, grâce à une muséographie prolongée et augmentée, il devient acteur et découvre différents scenarios et médias.

Musée phare

Rien n’a été laissé au hasard pour ce « un musée dans les airs ». Souhaitant l’ériger en nouvel emblème au coeur de la cité, le musée observe le territoire qui à son tour le regarde.
Le dispositif « phare » transforme la proue du bâtiment en source lumineuse réactive. Le musée devient sensible à son environnement, « son enveloppe vibrante », tel un phare dont l’intensité lumineuse change selon les mouvements climatiques : il annonce les vents et les marées, il exprime le temps.